WPAP

Comment créer un œil dans mon style WPAP

Tout a commencé par l’inspiration. Ça pouvait être votre premier dessin animé, un croquis fait par un proche, l’illustration d’un livre, … Le fait est que vous avez eu envie de reproduire ce dessin et, même s’il ne ressemblait pas totalement à l’original, vous en étiez fiers, car voici la voie que vous avez choisie. Voici votre style: Simple, caricaturé, délicat, expressif – Votre style est le reflet de votre personnalité, l’expression de vos sentiments, votre façon d’interpréter le monde qui vous entoure. Votre style, c’est vous tout simplement!

Chacun d’entre nous possède une façon de créer unique qui le différencie des autres. Étant du genre à dessiner dans tous les styles connus, le Wedha’s Pop Art Portraits est fait pour moi. Il peut se marier parfaitement avec le cartoon, le réalisme ou le manga, mais aussi avec vos photos. Savoir dessiner n’est donc pas une obligation avec le WPAP. En plus de ça, il apporte de la luminosité sur vos murs ou habits, grâce à ses couleurs vivaces.

LE POP ART ET LE WPAP

Comme l’indique son nom, le WPAP c’est du pop art. Il se concentre donc plus sur l’attitude de l’œuvre, plutôt que sur l’œuvre en elle-même et, comme le reste du pop art, il vise à utiliser des images populaires, tels que les acteurs connus, les héros de manga populaires, etc…

Mais, comme je l’ai dit dans mon article précèdent, je ne respecte pas totalement les règles instaurées par Wedha Abdul Rashid, lorsqu’il avait créé son style.

Je vais donc vous apprendre à réaliser un œil WPAP à ma façon.

QUEL LOGICIEL UTILISER?

Tout logiciel de dessin peut créer du WPAP, mais si vous voulez un travail plus rapide et précis, je vous conseillerai plutôt un logiciel qui travaille en image vectorielle.

D’abord, parce que le vectoriel vous permet de changer la taille de votre image, sans que cette dernière se retrouve pixelisée au bout d’un moment. Vous pourrez ainsi imprimer votre création, dans différents formats tels que les affiches, les vêtements, les canettes, etc…

Ensuite, car le vectoriel requiert l’utilisation de la plume ✒️; Permettant de travailler aussi bien à la souris qu’à la tablette graphique.

Enfin, les calques sont plus faciles à gérer:

Les logiciels qui proposent des images bitmap conseillent, en effet, de créer un calque pour chaque élément du dessin.

Regardez cette image:

Calques photoshop by AkumaEnpitsu
Comme vous pouvez le voir, j’ai créé un calque pour le contour de la sphère et un pour la couleur.
Illustrator suit le même principe en gardant les deux éléments dans un même calque.
Calques illustrator by AkumaEnpitsu
Lorsque vous dupliquez l’image pour séparer contour et couleur des colonnes de sélection se créent, automatiquement, à l’intérieur du calque. Vous pouvez ainsi modifier votre dessin comme il vous plaira.
Illustrator balle spare by AkumaEnpitsu

DEUX LOGICIELS POUR CRÉER DU VECTORIEL

On va commencer par Adobe Illustrator, un programme que je maîtrise assez bien.

Petite parenthèse avant de commencer: Illustrator est payant!

J’ai donc fait des recherches pour trouver un logiciel qui offre les mêmes services gratuitement et je suis tombée sur Inkscape, qui a son lot de tutos sur YouTube dont une formation assez complète du logiciel ici:

Je voulais un programme qui se rapproche un tant soit peu de l’interface d’Illustrator, car les astuces que je vais vous donner dans cet article s’appliquent à tous les logiciels de dessin vectoriel et aussi, parce que j’aimerais donner la possibilité à tout le monde de participer dans le monde de l’image en mode trait.

Ceci étant dit, on peut créer notre œil. Nous n’aurons besoin que de trois outils:

La plume

Le pinceau

Et l’outil forme

ÉTAPE 1: OUVRIR UN NOUVEAU FICHIER

On va commencer par ouvrir un nouveau fichier. J’ai choisi le format A4, mais vous pouvez utiliser la taille que vous préférez.

Ensuite on importe notre croquis/photo de l’œil. Vous pouvez choisir entre transformer votre dessin en WPAP au fur et à mesure,

ou tracer les lignes directement et le colorier ensuite.

J’ai opté pour la première option. Une fois le croquis/photo importé, vous pouvez bloquer le calque et en créer un nouveau appelé Iris.

ÉTAPE 2: L’IRIS

Nous allons commencer par la pupille: prenez le polygone dans la barre des outils.

Ensuite bloquez le contour.

Nous allons choisir une couleur noire, peu foncée. Car c’est le meilleur choix, si vous souhaitez imprimer votre création par la suite.

Traçons notre polygone à la souris, tout en maintenant la touche majuscule, pour éviter qu’il se déforme, puis donnons-lui 9 côtés.

On va répéter l’action pour faire le contour de l’iris, mais sur un nouveau calque (Vous comprendrez pourquoi ensuite).

N’oubliez pas de bloquer le calque de l’iris ou vous risquez de coller votre contour dans le même calque où vous avez créé la pupille. ❗

Pour créer le contour de l’iris, vous pouvez copier le polygone, le coller avec CTRL + f (Cmd + f sur MAc) sur un nouveau calque, changer le fond en contour en appuyant sur Majuscule + x et enfin donner un pourcentage de 250% à l’échelle.

Revenons au calque de la pupille. À partir de maintenant, nous allons nous servir uniquement de l’outil plume. et nous commencerons en force avec un beau dégradé.

Le dégradé n’est pas du tout difficile à créer dans Illustrator, Il suffit de choisir une couleur claire et la glisser sur le côté blanc de la barre de dégradé, ensuite répéter le processus en remplaçant le noir par du foncé.

On peut aussi ajouter des barres de dégradé et choisir un type de rayon. Pour l’iris, j’ai pris la couleur bleue, j’ai ajouté une barre de couleur claire au milieu et je lui ai attribué le type radial.

Maintenant on peut commencer à placer notre dégradé, mais d’abord on va choisir un endroit, par lequel la lumière se refléterait sur notre œil. Le côté gauche me parait bien. On va donc connecter la pupille à l’iris, en traçant des points, reliés par des lignes droites, dont la tonalité des couleurs change, du plus foncé vers la droite au plus clair vers la gauche.

N’oubliez pas de positionner le dégradé au centre de la pupille et de l’agrandir correctement, pour que votre iris ne semble pas bizarre.

Le résultat devrait ressembler à ça:

ÉTAPE 3: L’ŒIL

Une fois qu’on a fait l’iris, le reste de l’œil suit le même principe. Si vous voulez respecter le style WPAP, vous continuez à créer des formes droites. Si au contraire vous êtes comme moi et ne faites jamais rien comme tout le monde, vous pouvez tracer des courbes.

OR, COMMENT ON FORME UNE COURBE DANS ILLUSTRATOR?

Créer une courbe dans Illustrator n’est pas difficile, une fois un premier point tracé, on peut placer le deuxième et l’étirer,

Untitled by AkumaEnpitsu

si on veut prolonger la courbe on appuie sur le deuxième point et on en trace un troisième qu’on étirera aussi.

Untitled by AkumaEnpitsu

Pour ce qui est du nombre de points maintenant, on peut en ajouter en maintenant l’outil plume appuyé et en choisissant l’ajout de point d’encrage (On peut aussi appuyer sur = ) ou en retirer en choisissant l’outil Suppression de point d’encrage (Raccourci clavier -).

Untitled by AkumaEnpitsu   Et voilà le résultat fini, une fois l’œil colorié. N’oubliez pas que le choix des couleurs et formes vous appartient.

💡 Vous pouvez disposer les formes à votre guise en les sélectionnant avec la flèche noire (v) et en faisant un clic droit de votre souris.  💡

ÉTAPE 4: OMBRES ET LUMIÈRES

Maintenant qu’on a les couleurs générales, on peut passer aux ombres et lumières. J’ai dit un peu plus haut dans l’article que ma source de lumière provenait de la gauche, mon œil se retrouvera donc avec son côté droit foncé. Hormis pour les zones qui ressortent qui seront illuminées.

L’outil plume est encore nécessaire pour créer les formes pour les ombres et les lumières. On choisit une couleur foncée pour les parties les plus sombres de l’œil et plus claires pour les parties les plus claires. On choisit ensuite le mode produit, avec opacité à 50% pour les ombres et incrustation pour les lumières.

ÉTAPE 5: DÉTAILS

Il ne nous reste plus qu’une dernière chose à faire pour terminer notre œil: dessiner les cils et ajouter une texture à l’iris.

Nous pouvons enfin sélectionner l’outil pinceau et dessiner les cils avec le stylet, la souris ou le trackpad pour ceux qui n’ont pas de tablette graphique.

Pour mieux voir le croquis et placer correctement les cils on va cliquer sur l’affichage du calque iris. Seules les lignes du tracé seront visibles.

Pour afficher de nouveau le calque coloré, vous devez ré appuyer sur l’affichage, tout en maintenant ctrl.

Une fois les cils tracés, vous pouvez les sélectionner et changer leur taille et forme.

LA TEXTURE DE L’IRIS

Pour terminer notre œil, nous allons ajouter une texture à l’iris. Vous allez dans le calque du polygone, qu’on avait dupliqué plus haut, vous changez le contour en fond,

Vous glissez la texture dans votre calque. Ensuite vous placez le polygone en premier plan et vous sélectionnez les deux.

Dans Objet se trouve le masque d’écrêtage, nous allons en créer un.

Vous changez le mode de la texture en produit, opacité 50% et voilà,votre œil est terminé!:

CONCLUSION

Le WPAP est du pop art et se concentre principalement sur l’apparence d’une œuvre, sans chercher à transmettre un quelconque message ou émotion. C’est un style simple et précis qui ne requiert pas, forcement, des connaissances en dessin ou l’utilisation d’une tablette graphique. Enfin, la meilleure façon de créer du Wedha’s Pop Art Portraits est d’utiliser un logiciel qui traite le vectoriel, car votre travail pourra être ensuite imprimé dans tous les formats, sans compter l’interface du programme qui vous permet de créer votre WPAP plus rapidement qu’avec un programme qui traite le bitmap.

Seule la plume, le pinceau et l’outil forme sont nécessaires pour réaliser un bon WPAP.

Le WPAP est un style assez particulier, qui ne plait pas forcément à tout le monde. La question qu’on peut se poser est: Pourquoi dessiner dans un style aussi bizarre ? Pour ma part, je voulais travailler dans un style peu orthodoxe et qui me correspondait bien. Car au final, s’il est vrai que chaque style a ses règles, il est aussi possible d’en changer la structure à notre guise, ce que j’ai fait au final en changeant les bases qui font l’essence d’un bon dessin WPAP. Est-ce que au final ça valait la peine de changer tout un style, pour au final le rendre juste un peu plus rond et aux couleurs moins flachy 🤷‍♀️?

Je laisse la question en suspens, en espérant que cet article aidera ceux qui veulent apprendre Adobe Illustrator, ou se lancer dans le WPAP à franchir le pas !

En possession d'un crayon depuis toute petite, j'ouvre des nombreuses portes menant à l'illustration. Je permet aussi d'apprendre l'art du dessin, l'animation de bande dessinée et à illustrer une histoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ut accumsan ipsum vulputate, felis ante.