Expositions

Monet the immersive experience: plonger dans l’impressionnisme!

Beaucoup d’artistes ont contribué à créer des nombreux courants artistiques au fil du temps. L’impressionnisme en fait partie. Né en France lors de la seconde moitié du XIXe siècle, ce mouvement pictural n’a pas été très apprécié lors de son arrivée. En effet, l’art académique, était déjà en vogue et avait conquis la plupart du public, grâce à sa représentation de scènes historiques (bible, mythologie, etc…)

Jean-Léon Gérôme: « Pollice verso » – 1872

ou à son gout pour l’orientalisme (intérêt pour les pays du soleil couchant et levant).

Hermann David Salomon Corrodi: « Le marchand de tapis » – 1905

L’académisme donnait donc un côté théâtral et dramatique à ses créations. Les œuvres impressionnistes, quant à elles, se contentaient de représenter des évènements de la vie de l’époque afin de privilégier l’instant éphémère, plutôt que scénique.

On se trouvait donc face à un combat qui, encore aujourd’hui, est d’actualité:

 

| Une œuvre peut-elle donner des sensations si elle ne fait que reprendre des moments de la vie de tous les jours?

 

Claude Monet répondrait oui! Les tableaux de ce pionnier de l’impressionnisme ont été présentés, via des projecteurs, à la galerie Horta de Bruxelles. L’objectif était d’immerger le spectateur dans les œuvres du peintre français, mais aussi mettre le visiteur au courant de la méthode de travail employée par Monet et les impressionnistes.

C’est de cette dernière que je vais parler dans cet article (et aussi, ça me permettra de vous montrer les quelque photos que j’ai prises lors de ma visite à l’expo. 😉)

ORIGINE DE L’IMPRESSIONNISME:

La photographie s’est révélé un outil important pour les artistes de l’époque; reflet parfait de la réalité,  elle permet de remarquer des éléments (tels que le mouvement) imperceptibles à l’œil nu.

En effet, le système visuel des êtres humains, voit le monde à travers des tâches dont les contours, sont déterminés par le cerveau. Un principe qui se retranscrit aussi sur les images photographiques.

Mais le meilleur bénéfice que la photo a pu apporter à la peinture, c’est la réinvention de cette dernière: représenter fidèlement le réel n’était plus d’actualité, ce qui a poussé les artistes à explorer d’autres façons de peindre; reproduisant sur la toile le monde selon leur point de vue. L’impressionnisme est l’un des courants nés de ce renouvellement de la peinture. Son nom ne lui sera, toutefois, donné qu’après une critique moqueuse de Louis Leroy, un critique d’art qui travaillait pour une revue satirique. Lors d’une exposition organisée par Monet et ses confrères, Leroy a voulu ridiculiser ces derniers en les appelant impressionnistes. Nom repris par les peintres qui pratiquaient ce courant, dont la juxtaposition de couleur était la technique utilisée pour capturer l’impression de l’instant.

L’ŒIL ET LA COULEUR DES ŒUVRES IMPRESSIONNISTES:

Les tons et les contrastes étaient les atouts principaux des peintres impressionnistes.

Ils peignaient directement sur la toile, en suivant la théorie de la vision de Michel-Eugène Chevreul:

 

| La tonalité de deux plages de couleur paraît différente lorsqu’on les observe juxtaposées que lorsqu’on les observe séparément, sur un fond neutre commun.

 

Pour que cela arrive, le choix des couleurs doit être bien dosé afin de ne pas occuper tout l’espace visuel. En fonction des couleurs choisies, on obtient trois sortes de contrastes:

 

Contraste de luminosité: une couleur peut sembler plus foncée ou plus claire en fonction de la luminosité du fond sur lequel elle se trouve.

Contraste de teinte: si une plage possède des couleurs différentes, mais de même luminosité, elles changeront de ton une fois juxtaposées.

Combinaison de teinte et de clarté: quand les deux contrastes se combinent, l’effet est maximal.

Dans l’œuvre de Monet « Champ de coquelicots » par exemple, la juxtaposition de vert et de rouge fait varier les couleurs en leur centre par sa complémentarité.  Aussi, la couleur des coquelicots ressort plus grâce au fond vert sur lequel ils se trouvent.

Claude Monet: « Les coquelicots » – 1873

Peindre directement sur la toile permettait aussi de mélanger les couleurs directement, via des couches de peinture (pour obtenir le vert on avoisine le bleu et le jaune, pour l’orange on met du rouge sur du jaune, etc…). Ce principe est appelé: division des tons et consiste à créer un effet optique par lequel la rétine de l’œil du spectateur, perçoit deux ou plusieurs couleurs distinctes, perçues simultanément, et les mélange pour crée une nouvelle teinte.

Un dernier détail qui caractérise les œuvres impressionnistes, est l’absence de noir, car considéré comme l’obscurité absolue. Le violet a donc pris la place du noir dans la réalisation des ombres.

QUELLE PERSPECTIVE POUR LES PEINTURES IMPRESSIONNISTES?

Certains courants artistiques ont estimé que la perspective aérienne se réduisait exclusivement ou principalement à la perspective chromatique. Cette dernière permet de donner une impression de profondeur à travers des couleurs froides (tirant vers le bleu) en arrière-plan et chaudes au premier plan. Les contours s’estompent et deviennent flous au fur et à mesure qu’on s’éloigne du premier plan de l’œuvre.

RÉSUMÉ DE LA MÉTHODE:

L’objectif des peintres impressionnistes voulaient donner leur vision personnelle du réel dans leurs œuvres. Retranscrire leurs émotions dans les paysages et les évènements de la vie quotidienne de leur époque. Voilà pourquoi ils ont quitté le travail en atelier, pour peindre sur place.

L’étude du plein air est l’élément qui leur permet de pratiquer la théorie de la vision de Michel-Eugène Chevreul au mieux, afin que la lumière soit le chaînon essentiel et mouvant de leur peinture.

Les couleurs sombres sont aussi écartées, pour ne laisser la place qu’à des teintes pures faisant papilloter une touche très divisée.

L’impressionnisme est un courant, dont le sujet des peintures est le réel et non, le mythologique. La magie du théâtre est mise sur le côté pour ne s’intéresser qu’au contemporain ou à la nature et la réalité est représentée de façon plus lumineuse et moins détaillée, afin que la perception de l’instant vive sur la toile, à travers le mouvement, les reflets et la luminosité.

INSPIRATION:

Il ne faut malgré tout pas croire que ce nouveau courant soit le fruit exclusif des impressionnistes. Comme tout artiste, ils ont tiré inspiration d’autres peintres : Delacroix et Corot. Le premier, a influencé des peintres tels que Cézanne et Manet, par sa technique, qui consistait à capter la lumière et créer une impression de relief, grâce à la substitution de la ligne par la couleur.

Eugène Delacroix: « Juive de Tanger en costume d’appart » – 1835

Corot, quant à lui, est devenu l’idole de Monet et Degas, via sa recherche sur la lumière et ses variations subtiles de tonalité.

Jean-Baptiste Camille Corot:  » Souvenir de Mortefontaine » – 1864

Fondateur de l’école de Barbizon, Jean-Baptiste Camille Corot, marquera les impressionnistes, à travers ses œuvres paysagistes. Il trouvait d’ailleurs, la nature plus inspirante que les industries ou les cités. Enfin, le peintre anglais William Turner (non, pas le personnage de ’’Pirates des Caraïbes’’) a aussi influencé les impressionnistes par sa création d’effets de lumière et couleur. La gare Saint-Lazare de Monet, par exemple, fait écho à la peinture ‘’Pluie, vapeur et vitesse’’ de Turner.

Joseph Mallord William Turner: « Rain, Steam and Speed » – 1844
CONCLUSION:

L’impressionnisme est un courant qui a révolutionné l’art moderne pour la rendre moins figurative. Les jeux de lumière et de mouvement étaient les outils principaux utilisés par les impressionnistes.

Chaque artiste avait malgré tout sa façon de représenter l’instant éphémère. Et c’est sur la méthode de travail de Monet que la galerie Horta a décidé de se concentrer.

 

Pour découvrir l’exposition avec moi en vidéo ici :

 

Claude Monet : the immersive experience :

Adresse : Galerie Horta – Rue du Marché Aux Herbes 116, 1000 Bruxelles

Horaire : Ouvert tous les jours, excepté le mardi ( voir sur le site pour les fermetures exceptionnelles).

Sites web : https://www.expo-monet.be/

:  @expomonet

:  expomonet

Contact : https://www.expo-monet.be/contact/

En possession d'un crayon depuis toute petite, j'ouvre des nombreuses portes menant à l'illustration. Je permet aussi d'apprendre l'art du dessin, l'animation de bande dessinée et à illustrer une histoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

tristique nunc ut dapibus venenatis Phasellus